La scène est un champ de bataille

Die französische Theatermacherin Catherine Boskowitz über ihr Projet Penthésilée, ein nomadisierendes ›work in progress‹:
»Aujourd’hui je travaille sur la figure de Penthésilée – à partir du texte de Kleist – en la confrontant à des figures plus contemporaines de guerrières, de femmes au combat. […] Le Projet Penthésilée se construit au fil d’escales à l’étranger (Côte d’Ivoire / Nicaragua / Haïti / Allemagne / Belgique) et en France (Paris / Ivry / Marseille / Mantes-la-Jolie / Choisy-le-Roi).« http://www.maisondetheatre.com/la-cite-maison-de-theatre-actualite/le-temps-des-amateurs1/fiche_actu_projet-penthesilee1.htm
»›La scène est un champ de bataille‹ signale Kleist, aux premières lignes de son ouvrage. Le dispositif de départ sera donc ›un théâtre des opérations‹, c’est-à-dire une salle de commandes des armées où le public sera libre de circuler pendant toute la durée du prologue. L’action de la pièce se déroulera ensuite en deux mouvements: L’irruption d’une armée de femmes sans Etat (les amazones) provoquant ainsi le brouillage et l’altération du dispositif de guerre conçu par les puissants de ce monde.« http://collectif12.org/site/compagnies-artistes/catherine-boskowitz/

Dieser Beitrag wurde unter Allgemein abgelegt und mit verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.